canadien

Quand c’est écoeurant, c’est bon… les singularités du français canadien

Au village de la Francophonie, j’ai fait un tour au stand canadien… et on m’a conté de drôles de choses. Pour ceux qui ne le savent pas, au Canada, on parle anglais et français. Et si vous jouez souvent au scrabble, vous avez eu l’occasion d’apprendre que certains mots tels que « adon », « baniques », « oka »… font partie du dictionnaire français parce qu’ils sont utilisés par les canadiens francophones. Pour ma part j’ai été très surprise d’apprendre qu’un même mot avait deux sens différents suivant qu’il soit employé par les Canadiens ou par les autres francophones du monde. Envie d’enrichir votre vocabulaire ? Voici quelques singularités du français canadien.

  • Blonde

Chez nos amis canadiens, quelque soit la couleur de cheveux d’une femme, elle peut être blonde. Le mot est en effet utilisé pour désigner une copine.
Exemple : Samantha est ma blonde. Et Samantha dira de Georges qu’il est son chum (copain).